PRENSA

Buscar

Sofía Zevallos

Au cours du premier groupe de travail par comité, le Conseil européen a lancé la présentation de la législation Euro. La France, la Suède, l’Allemagne et Didier Reynders se sont associés pour la première fois. Sa loi proposait de réformer l’économie pour améliorer la croissance de l’industrie, des infrastructures et de l’innovation, afin de réaliser le développement souhaité. axée sur la restructuration durable des moyens de transport en Europe.

La deuxième euro-loi a été présentée par la République tchèque. Dans celle-ci, il propose que les pays de l’Union européenne apprennent de leur économie par des séances d’information qui seront payées à la République tchèque par des commissions en fonction des bénéfices que leur système économique leur apportera. Cette loi a été la plus rejetée, car les délégués du Conseil européen la considèrent comme une loi très égoïste pour un pays dont l’économie est si développée.

Troisièmement, il s’agit d’ajouter un article au protocole de Kyoto qui vise à préserver et à protéger l’environnement en régulant les émissions de gaz et de particules, contribuant ainsi à la réalisation des objectifs de développement durable d’ici à 2020.

La quatrième, proposée par le Danemark, vise à accroître l’industrialisation en utilisant les énergies renouvelables et à améliorer l’infrastructure en Bulgarie, pays qui connaît l’un des plus mauvais développements dans l’Union européenne. Les pays de la commission sont d’avis qu’il est important de ne pas axer la loi uniquement sur le Danemark, mais aussi de l’étendre à tous les pays de l’Union. Enfin, les Euro lois du Danemark, de la Suède, de l’Allemagne, de la France et de Didier Reynders ont été modifiées.



35 vistas

Cl. 77 Sur No 40 - 165, Sabaneta, Antioquia

CSMUN 2020

Made by Santiago Cardona & Pablo Loaiza Mejía